Première règle : compter ses sous. De combien disposezvous tous les deux pour ces noces ? Possédez-vous un compte épargne depuis l’enfance qui pourrait server ? Avez-vous économisé en vue d’un projet ? Vos revenus vous permettent-ils de financer l’événement sans aide extérieure ? Au contraire, comptez-vous souscrire un crédit à la consommation ?

Deuxième règle : sonder son entourage sur son éventuelle participation. Tout dépend de votre envie ou non de solliciter vos proches. Cette solution présente néanmoins deux avantages : s’offrir le mariage de ses rêves et contenter ses parents qui ont gardé au chaud leurs économies dans ce but. Mais aussi deux inconvénients : le sentiment de leur devoir quelque chose et l’implication des parents dans les décisions concernant les préparatifs. À vous de voir… se répartir les dépenses Quelle que soit votre décision en matière de financement, vous avez désormais une idée approximative de votre budget. Vous devez planifier clairement et en toute transparence la repartition des dépenses dès le départ. Attribuez un montant à chacun poste en fonction de l’importance que vous lui accordez. Pour que les montants soient réalistes, renseignez-vous sur les tarifs pratiqués et écoutez les conseils expérimentés de vos amis mariés. Qui paie quoi ? Cela dépend bien sur de la situation de chacun des deux fiancés. Les différences de situations économiques peuvent créer des tensions. Si vos deux familles ne possèdent pas les memes moyens, établissez une liste des missions à remplir et attribuez les moins coûteuses aux moins riches. Vous pouvez aussi decider de payer votre partie des préparatifs avec la famille la moins fortunée afin de rééquilibrer les rapports. Bref, arrangez-vous en fonction des portefeuilles mais aussi des possibilités et des envies de chacun. Personne ne doit se sentir exclu ! Et surtout, surtout, privilégiez le dialogue. Les bons comptes font les bonnes familles !

Afin de budgétiser au mieux votre mariage, remplissez soigneusement le tableau de répartition du budget.

Budgétiser votre mariage

Quand on aime on ne compte pas, mais quand on se marie, les frai sont importants et c’est une raison parfois invoquée pour repousser la date du mariage.
Combien coûte un mariage ? Bien sûr, vous allez répondre que tout dépend de ce qu’on veut. Mais en fonction de l’idée qu’on a de son mariage, de ses moyens, on peut y consacrer plus ou moins d’argent. À vos calculatrices ! Courage, en suivant ce tableau, vous n’allez rien oublier. Les plus gros postes de dépenses sont en général la salle et le traiteur. Il est nécessaire, si les parents participent aux frais du mariage, d’organiser une ou plusieurs réunions pour se mettre d’accord sur les divers points financiers. Généralement cela se passe bien mais parfois, il faut user de diplomatie et parler de gros sous avec des pincettes. En espérant que ces questions financières ne soient pas le début de heurts entre les deux belles-familles !

Dépenses à ne pas oublier

- L’examen prénuptial. Il est obligatoire pour le mariage civil et remboursé par la sécurité sociale, à l’exception de quelques examens spécifiques.


- Le contrat de mariage. L’établissement d’un contrat de mariage requiert des futurs époux de payer des droits notariaux s’élevant à environ 300 €. Le contrat de mariage pourra aussi être établi après le mariage, mais cela vous coûtera plus cher.

Conseil


Prévoir longtemps à l’avance permet parfois de faire des économies ou du moins de bonnes affaires ; le temps qu’on a devant soi donne la possibilité de négocier.